• Appel aux lanceurs d’alerte : vous êtes des Gilets Jaunes !

    Au cours de cette décennie, les lanceurs d'alerte ont été très nombreux à prendre la parole, parfois au péril de leur carrière ou même de leur vie, en cherchant à dénoncer publiquement des pratiques frauduleuses, des scandales politiques, médiatiques, sanitaires, environnementaux, et bien plus encore... Grâce à eux, on a pu comprendre le Système, et découvrir une foule d'épées de Damoclès qui planent au-dessus de nos têtes.

    Tout est allé très vite, finalement : même si notre prise de conscience a commencé avant les révélations de Snowden en 2012, où une grande partie de la population s'étonnait de la surveillance massive illégale, c'est à partir de là qu'on a commencé vraiment à comprendre que quelque chose ne tournait pas rond. Et on vient de terminer l'année 2018 en étant conscients de foncer droit dans le mur, dirigés par des traitres. C'est en bonne partie le fruit du travail des lanceurs d'alerte, et je prends ce mot au sens large : il n'y a pas de mauvaises opinions, et ceux qui dénoncent des problèmes qu'ils vivent ou perçoivent, s'ils sont honnêtes bien sûr, tous ceux qui essayent d'ouvrir les yeux de leurs semblables en leur montrant ce qui ne tourne pas rond, sont des lanceurs d'alerte, selon moi. Et ils sont très nombreux, partout dans le monde...

    Bien sûr, certains de ces sujets sont bien abordés dans les médias de masse, mais en général, leur traitement est... orienté, pour ne pas dire autre chose. Le média des lanceurs d'alerte reste Internet, puisque c'est le seul canal horizontal d'information : c'est ici que chacun peut s'exprimer librement, devant le plus grand nombre (même si tout est relatif, car la censure se généralise...).

    Et même si tout le monde n'utilise pas Internet, ou alors pas de cette manière, et qu'on peut très bien comprendre l'essentiel sans lui, force est de constater qu'il est le principal réveil du peuple. On se retrouve alors bouleversés par deux phénomènes : l'oppression par la situation (présente et à venir), et la duplicité des dirigeants de notre Système.

    Ce qui explique la "montée des extrêmes" (traduction : des votes démocratiques où c'est le "mauvais choix" qui l'emporte) : c'est la réactance du peuple qui cesse de suivre les injonctions de sa caste politico-médiatique. En maintenant éternellement le cap vers le chaos, le Pouvoir récolte ce qu'il sème : quand il dit "vous devez penser comme ceci", on en vient à penser comme cela...

    En France, aux dernières élections, le candidat de Rothschild l'a emporté, mais de justesse et avec une participation exceptionnellement faible. En prenant en compte l'unanimité médiatique autour de lui, ces résultats sont révélateurs de notre "montée des extrêmes". Et après seulement 18 mois de présidence, qui ont révulsé l'ensemble de ses détracteurs - y compris nombre de ses électeurs -, il n'aura plus fallu que l'affaire Benalla pour achever l'électrisation du peuple Français.

    C'est finalement une banale pétition contre une énième taxe qui aura mis le feu aux poudres : en se réunissant, les français de tous bords ont enfin compris qu'ils partageaient des analyses similaires. Poussées par la chaleur de ces retrouvailles, et libérées par cette renaissance du lien social, les langues se sont enfin déliées au sein même du peuple : chacun a pu crier non seulement sa détresse individuelle, mais aussi son sentiment d'injustice face à l'irresponsabilité totale de la caste dirigeante, qui répand le chaos en toute impunité, et ce, depuis bien avant Macron.

    Nous ouvrons les yeux sur notre condition d'esclaves de la société de consommation qui nous entraîne vers notre chute, qui annihile l'Être au profit de l'Avoir, détruisant ainsi notre Spiritualité, et qui cherche constamment à renforcer les communautarismes de tous bords : politique, religieux, identitaire, idéologique, culturel, de classe et même de genre... Diviser pour mieux régner, nous faire perdre du temps en tergiversations pour occulter la réalité catastrophique de la situation, pendant que les banques, les multinationales et tout ce qui gravite autour, continuent leur funeste entreprise.

    On assiste donc une répétition de l'« Hypernormalisation » de la fin du régime soviétique : tout le monde fait semblant que la situation est normale, pour continuer de faire tourner la baraque, et ceux qui disent le contraire sont des ennemis. Des ennemis de la République, des conspirationnistes, des racistes, des fascistes, des antisémites, des nazis... Ces mots peuvent varier, mais ils ont vocation à dresser les derniers remparts pour nous diviser et nous empêcher de penser. Remparts illusoires, car les interdictions de penser ont toujours été contre-productives, et comme les vérités finissent le plus souvent par éclater au grand jour, l'union du peuple arrive tôt ou tard... Et l'heure de la réconciliation vient de sonner 

    J'en reviens aux lanceurs d'alerte. Ils sont en grande partie responsables du soulèvement des Gilets Jaunes, puisque c'est en ayant pris conscience de la situation globale qu'on a pu dépasser nos clivages et bondir de cette manière. Cette peur du futur est notre principal carburant, car si nous avons pu jusqu'à présent supporter notre situation toujours plus misérable, aucun peuple ne tolère d'être privé de sa foi en l'avenir. Et c'est parce que l'espoir a fini par disparaître, qu'on n'a plus rien à perdre...

    C'est pourquoi, à mon sens, ils sont parmi les premiers Gilets Jaunes, car leurs discours ont toujours été en substance : "il faut arrêter ça tout de suite". Ce qui est précisément l'ambition mère du mouvement. Quelle réaction plus noble et pertinente que celle d'un peuple qui se redresse enfin et décide d'établir sa Démocratie ???

    Que les GJ n'aient pas tardé à faire émerger la revendication du RIC est une preuve que ce mouvement puise sa force d'internet, puisque nos médias de masse n'ont jamais vraiment promu l'outil d'Etienne Chouard... Et c'est aussi la conséquence de l'influence de toute sorte de lanceurs d'alerte au fil du temps.

    Car quand on se met à éplucher les dossiers, on s'aperçoit vite qu'il manque une foule de choses à notre Système pour qu'il puisse tourner correctement. Et de fil en aiguille, on comprend que l'urgence de la situation disqualifie toute tentative de "rafistolage"  : ce n'est pas en réclamant un procès par ici, une loi par là... qu'on va changer le cours des choses. On dispose déjà de trop nombreux exemples de scandales qui ont mis des années avant d'émerger, des années pour être "résolus" (à petits coups de rustines, et encore, pas toujours...), et qui ont provoqué de plus ou moins grands dégâts sur l'environnement et sur nous-mêmes. De plus, certains lanceurs d'alerte nous ont bien informés de la triste réalité de l'UE, alors... qu'espérer de positif en restant dans ces carcans ?

    On en arrive naturellement à cette conclusion : on n'a « plus l'temps d'niaiser » ! La situation est bien trop catastrophique. C'est pourquoi le RIC s'impose naturellement : seul l'établissement de notre Démocratie peut nous permettre de redresser la barre.

    En effet, quoi d'autre qu'une Démocratie pourrait dissuader nos hommes politiques de suivre certains agendas qui desservent les intérêts du peuple ? Comment pourrait-on empêcher autrement les grandes compagnies de nous inonder de produits dangereux, puisque leurs dirigeants remplissent les poches des politiciens, médias, scientifiques et juges, et que le temps qu'ils soient éventuellement condamnés, ils sont déjà loin ? Comment peut-on continuer de faire confiance à ce Système, qui nous dit que le réchauffement climatique est tellement de notre faute qu'on doit acheter des véhicules verts pour sauver le monde, ou encore qu'il faut continuer l'immigration massivepuisqu'elle est une chance, et ceux qui la critiquent sont des racistes... ?

    Je crois qu'au fond, les Gilets Jaunes comprennent que la démocratie imparfaite dans laquelle nous vivons n'est que le déguisement d'une dictature. Celle qui se dévoile jour après jour : on ne peut continuer de l'ignorer qu'en accentuant sa dissonance cognitive. Ce n'est pas parce qu'il y a pire ailleurs que notre pays n'est pas une dictature. En fait, le Système tout entier est une dictature, puisqu'il repose sur un mécanisme frauduleux d'asservissement de la population : le capitalisme moderne, complètement amoral, sur le point d'exploser. D'ailleurs, la coïncidence est révélatrice : c'est aux moments du procès de Piotr Pavlenski que le peuple français commence à lutter contre la banque...

    Et c'est pourquoi, des lanceurs d'alerte aux anonymes conscients que l'Humanité fonce droit dans le mur, vous tous qui critiquez le Système et déplorez sa dérive sécuritaire, la destruction de notre écosystème ou n'importe quel autre phénomène dramatique, si ce n'est pas encore fait, vous êtes invités à rejoindre la cause des Gilets Jaunes. C'est l'avenir du peuple français qui se joue, et aussi celui du monde entier, car seul un ensemble de démocraties respectant les volontés citoyennes pourrait nous faire coordonner nos forcestous ensemble afin de surmonter les catastrophes présentes et à venir.

     

    Attention toutefois : le Pouvoir semble nous tendre un piège, et je crois que le mouvement des Gilets-Jaune devrait évoluer dans sa forme. La manifestation est un de nos droits fondamentaux, une de nos grandes armes pacifistes, mais dans le contexte actuel, avec des forces de l'ordre en burnout qui font preuve d'une brutalité jamais vue (ils tirent des flashball dans la tête à bout portant... ils ont vraiment pour consignes de faire un carnage, ou alors... que fait la police ???), et avec des manifestants toujours plus excédés par la caste dirigeante et ces violences policières, si on continue d'aller dans la rue, ça risque très fortement d'induire une escalade de violence, de haine, de blessés et de morts...

    Et le Système n'attend que ça, c'est même lui qui provoque toute cette violence : il l'a toujours utilisée comme principale force. C'est la Stratégie du Choc : la Loi Martiale n'a jamais été aussi proche... Et même si le Peuple possède le nombre, le Pouvoir dispose de l'arsenal militaire, bactériologique, des bunkers pour protéger leurs élites, et peut-être même d'autres choses qu'on ne soupçonne pas.

    Cette révolte était absolument prévisible, et les gens qui sont aux premières loges du Pouvoir (et qui se réunissent dans notre dos depuis "au moins" les années 50, Bilderberg, le Siècle, etc..), ont forcément prévu ce soulèvement depuis longtemps. Ne serions-nous pas naïfs de penser le Pouvoir dépassé par les évènements ? C'est bien les mêmes qui ont fait 1789, pas vrai ? Les moyens technologiques ont considérablement évolué. Le peuple ne doit surtout pas tomber dans le piège de la violence, car elle serait lourdement retournée contre lui.

    En revanche, puisque c'est nous tous qui faisons tourner la machine... il nous suffit juste d'arrêter de pédaler : utilisons la grève, le boycott et la désobéissance civileSans haine, ni violence, munis de nos seules armes pacifistes, revendiquons notre droit naturel au bonheur et à l'épanouissement. Et puisque les médias de masse nous semblent hostiles, utilisons Internet pour bâtir tous ensemble le monde qui nous correspond !

    Comme le martèlent nos élites depuis longtemps, le Nouvel Ordre Mondial est inéluctable. Soit on continue de subir, et on finira par disparaitre très prochainement, soit on s'unit et on crée nous-mêmes notre avenir. À nous de créer l'exact opposé de ce qui se dévoile du N.O.M. : une Démocratie Mondiale, constituée de nations, de peuples, de religions et de courants qui seront autant de familles du même clan, où tout le monde pourra œuvrer au "grand redressement", à l'épanouissement de tous et la prospérité d'une Humanité unie dans la Paix, la Justice et l'Amour, en harmonie avec la Nature, et peut-être même prête un jour, qui sait, à rencontrer ses éventuels voisins lointains :)

     

    Nous sommes tous des Gilets Jaunes, puisque personne n'ignore le mur vers lequel nous nous précipitons.

    Seule la Démocratie peut nous sauver, car l'inertie du Système l'empêchera toujours de redresser la barre.

    Et puisque il répond par la force, passons à la Grève, au Boycott et à la Désobéissance Civile.

    Pour que rayonne enfin pleinement la devise Liberté, Égalité, Fraternité.

     

    Je conclus avec cette citation d'Hélder Câmara, évêque brésilien reconnu pour sa lutte contre la pauvreté :

    « Il y a trois sortes de violence.

    La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés.

    La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première.

    La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres.

    Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue. »

     

    Liens :

    Oligarchie : https://www.youtube.com/watch?v=ZXEYbXydeOQ&t=1s

    Piotr : https://francais.rt.com/france/57749-incendie-banque-france-artiste-russe-piotr-pavlenski-condamne-un-an-prison

    Banque : https://www.lyoncapitale.fr/actualite/a-paris-et-a-lyon-la-banque-rothschild-ciblee-par-des-gilets-jaunes/

    Photo : http://www.jeuxvideo.com/forums/42-51-58175743-1838-0-1-0-suivi-manif-des-gilets-jaunes-du-17-novembre.htm

    « La fabrique de l’intoxLe Véritable Racisme, loufoquement sérieux, de nos jours »
    Partager via Gmail