Des salariés de centres d’accueil pour mineurs, gérés depuis peu par l’association caritative, dénoncent ses nouvelles méthodes.

Le mouvement Emmaüs, qui développe depuis peu un pôle enfance en Gironde, traverse une période de fortes turbulences. Trois des foyers d’accueil qu’il gère à la suite de conventions passées avec le Département sont sous tension. Celui de Martillac, ouvert dans les années 2000, où sont hébergés depuis peu des jeunes migrants, mais aussi ceux de Mazères dans le Langonnais et surtout du Gardera à Langoiran.

Pascal Lafargue, le président d’Emmaüs Gironde…