• Le saxophoniste Jean-Jacques Quesada, directeur artistique du festival Jazz & Wine. 

    STÉPHANE LARTIGUE

     

    Certes, l’histoire du festival Jazz & Wine a compté son lot de polémiques et de situations tragi-comiques. Mais bon, on doit quand même reconnaître à son directeur artistique, Jean-Jacques Quesada, une incontestable connaissance de son sujet (le jazz, donc). Et un carnet d’adresses qui…

     

    Le festival propose son troisième et dernier concert mardi soir au château Lafon-Rochet, avec un concert unique en France

     

    Partager via Gmail

  • Un bilan en légère hausse pour le Reggae Sun Ska. 

    R.A

     

    Clap de fin pour le mythique festival Reggae Sun Ska ! Après un week-end de folles musiques reggae, le directeur de l’événement Fred Lachaize annonce un bilan « en légère hausse par rapport à 2018 ».

    Durant ces trois jours, près de 27 500 personnes ont foulé le village festif de Vertheuil. « Nous sommes plutôt satisfaits des résultats de cette année, ces chiffres sont dus à la qualité du site et à l’amélioration de l’aménagement et de l’organisation », commente le directeur du festival.

     

    Malgré ces chiffres positifs, le directeur s’inquiète de la pérennité du festival. « Nos partenaires sont la Région et le Département, le site a été acheté par ce dernier et notre avenir en tant que locataire reste encore incertain », ajoute Fred Lachaize en gardant son optimisme ordinaire.

     

    Le festival s’est clôturé dimanche soir au domaine de Nodris à Vertheuil. Une fréquentation "en légère hausse".

     

     

     

    Partager via Gmail

  •  

     

    JPEG

    Il y a 50 ans (déjà !), eut lieu le plus grand festival de musique en plein air du XXème siècle. Cette folie qui réunit plus de 1 demi million de spectateurs se tint à Bethel, à l’extrême sud-ouest de l’Etat de New York entre le 15 et le 18 août 69.

    Les coulisses du festival

    Le lieu : sur les 235 hectares sur les terres de la ferme laitière du fermier Max Yasgur.

    L’organisateur : Le festival est né d'une idée commerciale : Michael Lang le producteur, jeune hippie, organisateur du Miami Pop festival qui avait attiré 100 000 personnes, veut tirer de la recette d'un nouveau festival les fonds suffisants à l'achat de son studio d'enregistrement.

    La publicité : « Trois jours de paix et de combats. Des centaines d'hectares à parcourir. Promène-toi pendant trois jours sans voir un gratte-ciel ou un feu rouge. Fais voler un cerf-volant. Fais-toi bronzer. Cuisine toi-même tes repas et respire de l'air pur. »

    Le déroulement : 180.000 tickets avaient été prévendus, mais le soir du 15 août, vu le monde qui s’entassait sur les routes, le concert devient gratuit. Ce soir là, 200.000 personnes en + écrasant les barrières qui vinrent grossir la foule déjà compacte. A tel point que certains artistes furent bloqués dans les embouteillages et ne purent jouer. Sur les 3 jours, des artistes les plus en vue, tels que Jimmy Hendrix, Janis Joplin, les Who et bien d’autres, qui deviendront en un instant des stars internationales telles que : Joe Cocker, Richie Havens et son « freedom, freedom », l’hymne de Woodstock, Simon & Garfunkel ; tous ces musiciens firent, que beaucoup de festivaliers présents se rappellent « qu’ils jouaient comme si cela était leur dernier concert avant de disparaître ». A signaler que les Doors, les Beatles, les Stones et Bob Dylan avaient refusé de venir... Pour eux déjà c’était : money talks.(l’argent parle !)

    Les conditions : On peut dire qu’elles furent apocalyptiques : une tempête de vent qui fit voler les tentes, des trombes d’eau qui poussa l’organisation à couper le courant par risque d’électrocution, le manque de ravitaillement en eau potable, en aliments pour des spectateurs transis de froid, pataugeant dans une marée de boue, et des toilettes qui débordent...Pourtant, drogue aidant, tout se passa bien, et il n’y eu à déplorer aucune violence, aucun blessé ou mort, il y eu même deux naissances alors que le Jefferson Airplane jouait. Quant au passage des artistes sur scène, ce fut un vrai capharnaüm, à tel point que Jimmy Hendrix, qui devait clôturer le festival, ne put jouer que le lundi matin à 9 heures... Devant une foule qui se clairsemait et s’en allait, car, pour la plupart, il fallait retourner au boulot tout hippies qu’ils étaient.

    L’aftermath  : L’organisation perdit une fortune, mais se rattrapa sur les droits du film, le fermier lui, fut poursuivi par ses voisins et en moins de 3 ans Janie, Jimmy et Jim s’étaient tus à jamais, et entraient dans la légende du Rock & Roll of fame...

    -------------------------------------

    Juillet/Août 2019

    Annoncé comme ça : « Hippies are back. Or eventually not » = Les hippies sont de retour, ou peut-être pas...

    Le 31 juillet, le grand concert anniversaire du festival de Woodstock entre le 15 et 18 août a été annulé.[1] Michael Lang, l’organisateur du 1er festival d’il y a 50 ans à mis les clefs sous la porte... Défections des artistes, trop de changements de lieux et en plus des problèmes de financements, avec un sponsor principal qui lâche 2 mois avant ; tout ça accumulé fait, qu’il n’y aura pas de Woodstock 2 ; Et pour beaucoup, c’est un bien.

    En remettant dans son contexte d’époque, en fond de toile il y avait cette énorme contestation contre la guerre au Vietnam et la lutte ouverte contre la ségrégation et le racisme. En cet été 69, suite à un raid de la police américaine au bar du Stonewall Inn, à New-York, des émeutes marquèrent le point de départ de la lutte pour les droits civiques des homosexuels.

    Durant ce summer of love, l’Amérique réalise qu’elle peut engendrer des génies musicaux, mais aussi des Charles Manson qui a fait assassiner l'actrice Sharon Tate, épouse de Roman Polanski et quatre autres de ses amis par trois membres de sa secte. Pour beaucoup, ce mois d’août est ce qui est appelé « la fin de l’innocence »... Sur seulement quelques années, il y eu une jeunesse habitée par un rêve utopique, celui, de construire un monde harmonieux, de paix et bien meilleur...Cependant, déjà, les grands méchants loups veillaient au grain et... « Ils », cette meute assoiffée a pris le control total en cet an 2019. Qu’aurait été cet événement historique point 2 ? A coup sur, une machine à cash, car quelle idéologie et aspiration eut motivé ce « revival » du peace & love ? D’ailleurs, les artistes pressentis ont été payés d’avance, et comme tout est annulé, ils garderont leur cachet ; L’organisateur a proposé qu’ils versent 10% à une association... Qui attend encore. Et puis, Beyoncé, Jay-Z, Miley Cyrus, vus dans leurs clips sur MTV « ça le fait  », mais, là, au milieu d’un champ d’herbe (qui se fume ?), sous la pluie, la gadoue, l’odeur de merguez, ben « ça le fait pas »... Et puis, toutes ces normes de sécurité, sans compter les prix délirants des billets, les exigences des stars, les retransmissions du barnum, les contrats longs comme le bras, fait que le showbiz s’est lui-même sabordé, pourtant il n’y a pas de meilleur business comme le show-business. Ce n’est plus qu’un truc parmi tant d’autres qui est là pour engranger des pépettes et ne fait plus rêver... Prenez vos rêves pour des réalité qu’ils disaient. L’esprit Woodstock est bien mort et tous ces jeunes gens à l’époque pétris d’idéaux, sont à l’heure de leurs 70 ans devenus des petits vieux peureux, content en comptant leurs sous... Hargggg ! La vie, quelle bitch !

    Woodstock... Capote, car kaput !

    Georges Zeter/août 2019

    Beaucoup d’infos pour cet article viennent de wikipedia :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Woodstock

    L'histoire de Woodstock en 4,18 minutes

     

     

     

    Partager via Gmail




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique