• Doctolib lance sa plateforme de consultation médicale en ligne

    • Par
    • Anne-Laure Barret

    EXCLUSIF - Doctolib lance dimanche sa plateforme de téléconsultation avec paiement en ligne et rédaction d'ordonnance numérique. Le nombre de ces actes médicaux virtuels, effectués par le médecin traitant et remboursés depuis le 15 septembre 2018, pourrait exploser.

    Mercredi, dans le cabinet parisien de la docteure Msika-Razon, qui, comme une centaine de médecins, a testé la téléconsultation via Doctolib.

    Mercredi, dans le cabinet parisien de la docteure Msika-Razon, qui, comme une centaine de médecins, a testé la téléconsultation via Doctolib. (Gilles Bassignac/Divergence pour le JDD)
     

    Dos bien droit, regard plein d'empathie à la Webcam fixée sur son ordinateur, la docteure Marie Msika-Razon fait sortir, d'un clic, le patient de la salle d'attente virtuelle. D'un autre, elle passe en mode plein écran afin de pouvoir scruter de près les traits du malade qui, lui, se filme grâce à son smartphone. "Bonjour, vous m'entendez bien? Vous me voyez bien?", interroge-t-elle avant de commencer l'interrogatoire médical. "Depuis combien de temps avez-vous de la fièvre? Avez-vous le nez qui coule? Vous avez pris des médicaments?" Quelques minutes plus tard, elle diagnostique l'attaque par un virus hivernal - "Ce n'est pas très inquiétant, il y en a beaucoup en ce moment", rassure-t-elle - et prescrit, toujours par Internet, du paracétamol.

    Lire aussi - Des médecins déclarent la guerre à Doctolib

    Comme une centaine de ses confrères à travers la France, la généraliste parisienne de 39 ans teste depuis quelques semaines la plateforme de téléconsultation proposée par Doctolib, le géant de la prise de rendez-vous en ligne ou le Uber de la santé, selon les points de vue. [...] L'arrivée du franco-allemand Doctolib - dès ce dimanche pour caler un entretien vidéo en ligne - sur un marché en plein boom pourrait donner un coup d'accélérateur à une pratique encore marginale.

    Le gouvernement vise 500.000 actes de téléconsultation en 2019

    En effet, depuis la première expérience de téléconsultation effectuée entre le CHU de Toulouse et le centre hospitalier de Rodez en 1989, les promesses ont, malgré le triomphe d'Internet, souvent été proférées mais rarement tenues. "Ce développement demeure embryonnaire dans notre pays", s'agaçait en 2017 la Cour des comptes, mettant en cause "l'attentisme des pouvoirs publics, leurs actions dispersées" et appelant de ses vœux à la définition "d'une stratégie d'ensemble cohérente".

    Celle-ci semble désormais sur un bon pied. Depuis le 15 septembre 2018, la Sécu, qui a fixé un cadre assez strict (le malade doit être connu du médecin et doit respecter le parcours de soin), rembourse les téléconsultations (via smartphone, ordinateur ou tablette) au même tarif que les rendez-vous classiques (25 euros pour un généraliste, 30 euros pour un spécialiste). Et le gouvernement table sur 500.000 actes de téléconsultation en 2019 et 1 million en 2020 (contre environ 260 000 en 2015).

     
    « la mascarade française et les piranhas clientélistes pour récupérer des voix électorales Grand débat : le coup de poker d'Emmanuel Macron »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It