• Espagne : le parti des amis de Manuel Valls se rapproche de l'extrême-droite... et embarrasse LREM

    Espagne : le parti des amis de Manuel Valls se rapproche de l'extrême-droite... et embarrasse LREM

     
    L’actualité espagnole peut-elle fragiliser Emmanuel Macron ? Alors que les élections européennes se profilent, La République en marche avait trouvé en Ciudadanos son allié espagnol. Mais ce-dernier est accusé de pactiser avec l'extrême droite en Andalousie. Un casse-tête dont l'Élysée n'avait pas besoin.

    Avec ses 12 élus, Vox détenait la clé pouvant permettre la chute du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui règne sur la communauté autonome depuis près de 40 ans. Car pour que l'Andalousie bascule à droite, le Parti populaire (26 sièges) et Ciudadanos (21 sièges) avaient besoin des suffrages de l'extrême droite. Plutôt qu'un "front républicain" pour faire barrage à Vox, s’est mis en place un "front anti-gauche" afin de faire tomber les socialistes. L’accord a été scellé ce mercredi 9 janvier.

    S'allier à l'extrême droite ? Ciudadanos répète que son accord n’a été passé qu’avec le Parti populaire, et que Vox apporte le soutien manquant sans avoir d’influence. Mais cette entente risque de compliquer ses relations avec ses partenaires européens – à commencer par ceux de son groupe parlementaire, l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE). La République en marche (LREM) est également dans l’embarras : Ciudadanos devait être son allié lors des prochaines élections européennes.

    L'Espagne a longtemps été présentée comme une exception en Europe, du fait de l'absence d'un parti d'extrême droite dans ses institutions. La donne n’est plus la même depuis le 2 décembre 2018, jour où la jeune formation Vox a fait une entrée fracassante au parlement d'Andalousie. Son score – 10,96 % des suffrages et 12 députés sur 109 – est inédit pour un parti d'extrême droite depuis la fin du franquisme.

    En juin 2018, Christophe Castaner – alors délégué général de LREM – avait donné une conférence de presse aux côtés de José Manuel Villegas, secrétaire général de Ciudadanos. Sans annoncer qu'un accord était scellé, il avait appuyé l'idée d'une coopération au nom d'une "ambition commune pour l'Europe". Aujourd'hui, comment assumer le fait que Ciudadanos soit son allié à Bruxelles, si ses élus dialoguent avec l’extrême droite à Séville ?

    VOX CONTRE LA PARITÉ

    Depuis un mois, les adversaires de Ciudadanos prient la France de s'intéresser à l’Andalousie. À l’Élysée, les réactions se faisaient discrètes. Jusqu'à ce que Vox demande, dans les négociations pour l'investiture du gouvernement andalou, la suppression des mesures contre les violences sexistes qui existent en Espagne. Le parti a dans son programme "la suppression des quotas sur les listes électorales" - la parité -, ou encore "l'abrogation de la loi sur la violence de genre", au prétexte que cela défavorise les hommes.

    En déplacement à Bruxelles, l'actuelle ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, a qualifié de "préoccupantes" les "déclarations de Vox concernant les droits des femmes". Avant d'avertir Ciudadanos : "En tant que membre d'un gouvernement et d'un parti comme La République en marche, qui s'est battu contre l'extrême droite lors des dernières élections présidentielles, pour moi il ne peut y avoir aucun engagement avec un parti d'extrême droite, aux valeurs opposées aux nôtres."

    LA FRANCE COMME L'ESPAGNE ?

    Derrière cette mise en garde, doit-on déceler la crainte que la même situation se reproduise en France – à savoir que droite et extrême droite s'allient pour battre Emmanuel Macron ? En Espagne, la percée de Vox s’explique (notamment) par une certaine radicalisation des discours de la droite. Un phénomène semblable à ce qui, en France, a vu les thèmes du Rassemblement national (ex-Front national) portés au cœur du débat public, renforçant sa légitimité.

    Le transfert d’anciens élus de droite vers Vox est de moins en moins tabou – Vox a été fondé par d’anciens membres du Parti populaire. Or, que vient de faire le Rassemblement national en France ? Présenter, sur sa liste des élections européennes, deux anciens membres de la droite : l'ex-député UMP Jean-Paul Garraud, et l'ancien ministre des Transports de Nicolas Sarkozy, Thierry Mariani. Marine Le Pen avait fait des ralliements de la droite l’un de ses objectifs.

    Cette équation pose une autre question : quand peut-on considérer qu'un parti s'est "allié" à l'extrême droite ? Lorsque les deux manifestent ensemble, comme cela a plusieurs fois été le cas des leaders de Vox et de Ciudadanos ? Quand ils votent un même projet de loi ? Acceptent les voix de l'autre pour l'investiture d'un gouvernement ? D'une présidente de parlement ?

    ETAPE FRANCHIE LE 27 DÉCEMBRE

    En Espagne, cette dernière étape est franchie depuis le 27 décembre, lorsque la présidence du parlement andalou a été attribuée à Marta Bosquet (Ciudadanos), grâce aux votes du Parti populaire et de Vox. En retour, un député de Vox est entré au bureau du parlement. La tête de liste du Parti populaire, Juan Manuel Moreno, doit maintenant être élu président de l'Andalousie avec l'appui des trois formations.

    Emmanuel Macron et ses troupes de LREM ne sont pas les seuls mis en difficulté par la percée de Vox. À Barcelone, Manuel Valls a le soutien de Ciudadanos pour sa candidature aux prochaines élections municipales. Se pose donc le même problème que pour LREM, même s’il a rapidement tenté d’éteindre l’incendie. Alors que Vox grimpait dans les sondages, il avait valorisé l'idée d'un "cordon sanitaire" à établir autour du parti. "Manolo, tu ne sais pas ce que tu dis parce que tu n'as aucune idée de ce qu'il se passe en Espagne. [...] Va-t'en en Martinique", avait sèchement répondu le leader du parti d'extrême-droite, Santiago Abascal.

    L'un des arguments de la gauche et des indépendantistes est justement de rapprocher Manuel Valls de l'extrême droite. C’est ''un facho", lâchait en avril l'ancien édile de Barcelone, Xavier Trias. Il a ensuite essuyé des reproches pour la présence à ses côtés de Josep Ramon Bosch, fondateur du collectif ultradroitier Somatemps. "Celui qui a un problème est monsieur Valls, qui a été critique avec Vox en disant qu'il ne fallait pas s'allier avec eux. Et son parti, Ciudadanos, a pactisé avec", a lancé la maire de la ville, Ada Colau. Même ton chez Ernest Maragall (Gauche républicaine de Catalogne), qui ne veut ''ni Valls, ni Ciudadanos-PP-Vox. […] À Barcelone, il n'y a pas de place pour ces complicités".

    "Le seul cordon cordon sanitaire est celui de la loi"

    Dans le camp de Manuel Valls, des voix soufflent que s'en prendre à Vox est une erreur. Que s'il veut gagner, il doit draguer les électeurs de l’extrême droite sur les positions communes qu'ils partagent – l'unité de l'Espagne, par exemple. L'éditrice Miriam Tey, soutien de la première heure du Français, argue que "le seul cordon sanitaire à établir est celui du respect de la loi". D'autres jugent que discuter avec Vox n'est pas un problème si cela permet de freiner les indépendantistes catalans.

    ''Valls voulait être Macron à Barcelone, et a fini tête de liste d'un parti qui pactise avec les partenaires de Le Pen'', dit à Marianne le candidat socialiste à Barcelone, Jaume Collboni. Il lui demande de ''renoncer à mener une candidature avec un parti qui s'accorde avec l'extrême droite pour accéder au pouvoir". Un isolement qui n’arrange pas ses affaires. Les élections municipales de Barcelone sont prévues le 26 mai 2019. Pour La République en marche, les européennes se dérouleront le même jour. Avec, dans les deux cas, le risque grandissant d’un échec.

    « Que faisons-nous pour demain ?Le pirate informatique qui a ridiculisé la police allemande était... un lycéen de 20 ans »
    Partager via Gmail