• Gilets Jaunes : violences policières, encore et encore..

    C’est ça la réponse proportionnée ?

    Acte de "bravoure" des CRS...
    Bordeaux le 13 janvier 2019 en fin de manifestation (comme souvent...), une femme seule coincée dans un arrêt de bus par 5 à 10 CRS se fait violenter, matraquer... Les CRS vont-ils recevoir une médaille de la part de notre courageux ministre de l'intérieur ?

    Volonté de faire mal…
    Paris le 13 janvier 2019 ; on voit sur cette vidéo la puissance du canon à eau qui assomme un gilet jaune le faisant tomber à terre inconscient. Le canon à eau s’arrête et les manifestants en profite pour le secourir. Une fois arrivés à sa hauteur, les forces de l'ordre actionnent à nouveau leur canon pour empêcher l'intervention. Comme si cela ne suffisait pas, ils envoient des grenades explosives ce qui aurait pu blesser grièvement le gilet jaune à terre déjà inconscient et les secouristes. Là aussi, les CRS vont-ils recevoir une médaille pour ces actes manifestement irresponsables ? Qui sont les héros de cette vidéo, les CRS qui cherchent à empêcher un homme blessé d’être secouru ou les secouristes qui mettent leur intégrité physique en jeu pour venir en aide à un blessé ?

    L'usage des Flash-Ball
    Toujours Bordeaux ; les Flash-Ball visés en pleine tête sont désormais monnaie courante, comme si cela était devenu normal. Les médias vont-ils se réveiller et dénoncer l’usage qui en est fait, comme Jean-Michel Aphatie a semblé s’en émouvoir cette semaine dans un furtif moment de lucidité ? Des médailles vont-elles être distribuées pour chaque œil amputé ?

    Paris le même jour ; un homme blessé au visage par un Flash-Ball. A l'écoute des propos des manifestants, on sent bien que l'exaspération monte, les GJ commencent à ne plus supporter ces actes de violence ; la rage et la haine monte...

    Les vidéos vont encore « tomber » dans ces prochains jours, attestant de violences et d’actions disproportionnées de la part des forces de l’ordre. Tant que ces actes ne seront pas dénoncés par les médias, entre autres, et sévèrement punis par la justice, l’intégrité physique, voire la vie, des manifestants seront toujours mises en jeu lors des manifestations, ce qui est inacceptable. Ces violences sont indignes d’une police républicaine et le pouvoir en place ne peut continuer à laisser faire. Laisser faire, c’est être complice !

    « le président trace une route dont on perçoit la destination : la ruineOUI au RIC mais boycott du faux débat »
    Partager via Gmail