• "In New York 1976", ZAPPA casse les codes et les docs

    Les concerts iconoclastes de fin décembre 76 ressortent avec 3 heures de bonus et une brassée de photos inédites. Frank Zappa (photo Universal) réquisitionne les Brecker Brothers et autres jazzmen pour fissurer le rock et brocarder les bien-pensants.

    Lors des prestations à guichets fermés de Zappa au Palladium Theater de New York, en 1976 (le double vinyle original In New York, enregistré au Studio Record Plant, est sorti en 1978, pour des questions de conflit juridique), Michael Brecker (ténor saxophone) et son frère Randy (trompette), se mettent au service du maestro. Leurs solos implosent une flopée d’inédits, comme le phénoménal Black Napkins (28 minutes!). On entend d’autres jazzmen, en toile de fond du délire de mots et de musique du leader décédé en 1993. Mentions complémentaires aux trois suivants : le saxophoniste baryton Ronnie Cuber, brillantissime; Tom Malone (trombone) et Lou Marini (alto). La meute au complet décroche sa place dans ce que le présentateur (et musicien du groupe) Don Pardo annonce comme l’événement musical de 1976. Qu’on en juge : Zappa rode l’équipe depuis le début de l’année. Des tatoués, des vrais de vrais : Terry Bozzio (batterie); Eddie Jobson (violon); Ray White (guitare); Pat O’Hearn (basse). Se greffe une habituée, la percussionniste Ruth Underwood. Pour l’occasion, les musiciens se gobergent des compositions du maître pour les traiter avec leur patte.

    On imagine l’exubérant tintamarre quand on découvre que tous les instrumentistes, chevronnés de surcroît, chantent aussi. Ils exploitent les textes corrosifs, dialoguent avec le guitariste-compositeur sur des partitions hyper-élaborées, toutes en contre-pieds harmoniques et autres sophistications musicales. Sans compter les paroles (souvent fables, satires, critiques, dégommage de têtes de turc, etc.). On se croirait dans certains passages au milieu de sketches des Monthy Python. Chacun y place ses improvisations, comme à des joutes théatrales. De Honey You Don’t Want a Man Like Me à Cruisin’ For Burgers, en passant par I Promise not to Come in Your Mouth, le Groucho Marx de la musique, son nouveau groupe, le groupe statutaire, et les «brothers» de circonstance (la formation ne s’appelle plus The Mothers depuis le printemps 1976) démantibulent les lieux-communs. Leur circus tourne en ridicule les préjugés, l’infantilisme, les niaiseries, le conformisme de la société américaine. Face au monument de contre-culture, respect, plaisir, sourires en coin. On se délecte de bout en bout. Le génie de Zappa nous défie une nouvelle fois de distinguer l’intelligence de la guimauve. Il réussit, au-delà de toute attente.

    Bruno Pfeiffer

    CD«s

    Frank Zappa – Zappa in New York (40th Anniversary DeLuxe) – Coffret 5CD (Universal Music Group)

    Orchestre Franck Tortiller Shut Up N’Sing Yer Zappa (Label MCO). Translation jubilatoire, virtuose, spirituelle et convaincante de l’univers de qui vous savez... Assaisonnée d’un visuel approprié.

    « Opération burkini à Grenoble : «Et vous, Monsieur, il est propre votre slip ?»Un milliardaire américain rembourse les prêts de 396 étudiants d’Atlanta »
    Partager via Gmail