• Les allocations familiales sont des prestations et non une prime au mérite !

     

    Personne ne nie que les violences en milieu scolaire sont un fléau pour les enseignants et les élèves.

    Cette violence existe depuis de très nombreuses années et depuis quelques temps elle prend des formes inquiétantes comme cette agression d'une enseignante à Créteil.

    Il faut que des mesures soient prises, dans le cadre de la loi et aussi que des moyens soient donnés aux établissements scolaires en personnels.

    Dans des collèges et lycées de quartiers politique de la ville des postes aidés « adultes relais » ont été créés mais les personnes recrutées ne peuvent pas rester plus de trois ans à la suite de renouvellemernt de contrats et ne reçoivent pour la plupart aucune formation.

    Ne faut-il pas créer un nouveau corps de médiateurs au lieu de rafistoler à la petite semaine ?

    Si je n'ai jamais été un sécuritaire à tous crins, je ne suis pas non plus un « bisounours ».

    Quand un enseignant est agressé par un élève, il est indispensable qu'il porte plainte , c'est d'ailleurs le conseil que j'ai déjà donné à un Principal de Collège qui m'interrogeait.

     

    Le gouvernement prépare un plan contre les violences scolaires, plan pouvant contenir la suppression des allocations familiales pour les parents d'enfants violents.

    Comment peut-on imaginer de pénaliser financièrement des parents qui rencontrent des difficultés avec leurs enfants ?

    C'est la double peine : des conditions de vie difficiles et l'arrêt programmé du versement d'une prestation légale.

    Les allocations familiales constituent une prestation et non une prime quiu deviendrait de fait une prime au mérite des enfants.

    Cette réforme si elle est menée à son terme transforme les enseignants en prescripteurs de mesures injustes socialement et attribue à l'Inspection académique une fonction judiciaire .

    Nous ne pouvons que demander l'abandon de ce pré-projet et rappeler que la lutte contre les violences scolaires passe par plusieurs volets : un volet éducatif pour faire comprendre et partager les principes républicains, un volet de prévention avec la présence de médiateurs formés et un dernier volet répressif qui s'appuie sur l'existant et notamment sur la justice.

    « Nouvelle provocation de Macron '« Beaucoup trop » de Français n’ont pas le « sens de l’effort »Macron la stratégie du chaos - et dérive autoritaire »
    Partager via Gmail