•  

    Celine Florentino décrypte l'entretien de Hanane Karimi, sociologue et "féministe islamique", par Lauren Bastide sur France Inter, ce dimanche 11 août. Selon elle, la journaliste relaie de la propagande militante islamiste, sans aucun recul intellectuel.

    En pleine vacances d'été, l'interview de la sociologue Hanane Karimi par France Inter est arrivée à mes oreilles, et j'ai héroïquement décidé de l'affronter, par besoin de démontrer les faux-semblants, l'hypocrisie et le danger de ces sophistes.

    "Un sophisme est un argument, raisonnement, qui apparaît comme rigoureux ou logique, mais qui en réalité est faux, malgré une apparence de vérité." Comment mieux qualifier les propos de Hanane Karimi et de tous les islamistes ? On peut employer aussi le mot de paralogisme, avec cet exemple connu : "1.Tout ce qui est rare est cher. 2.Or un cheval bon marché est rare. 3. Donc un cheval bon marché est cher."

    La journaliste bat tous les records jamais enregistrés jusqu'à présent de complaisance militante.

    Quand Hanane Karimi explique, ce dimanche 11 août sur France Inter, en termes très doctes la domination de genre, de classe, de race, ça donne ça :

    1. Les femmes voilées sont le plus souvent issues de milieu social défavorisé.
    2. Les milieux défavorisés représentent la vraie lutte antiraciste et anticapitaliste.
    3. Donc le voile est une lutte politique émancipatrice de classe, de race et de genre.

    COMPLAISANCE JOURNALISTIQUE

    La journaliste Lauren Bastide qualifie même cet amalgame comme un "entremêlement de la race, de la classe et du genre". Et elle est émerveillée lorsqu'elle dit cela. Tout repose sur cette absurdité. Mais la journaliste bat tous les records jamais enregistrés jusqu'à présent de complaisance militante. Quand elle évoque Alliance Citoyenne et leur action en faveur du burkini dans les piscines grenobloises, elle dit, et je la cite mot pour mot : "C'est une action politique flamboyante, courageuse, visible." Les mots sont de la journaliste de France Inter, pas de Karimi. La journaliste de France Inter.

    Il ne s'agissait pas de débattre, juste d'exposer longuement une théorie à deux, sous le masque de l'interviewer/interviewée.

    Quand elle demande à Karimi d'expliquer le concept dominants/dominés, elle formule ainsi la question : "Est-ce que l'enseignante que vous êtes peut l'enseigner pour le commun des mortels ?" Parce que bien sûr nous on est tellement stupide qu'on n'a strictement aucune idée de ce concept pourtant vieux comme le monde. Il faut dire que le "dominant n'a pas à se préoccuper de la manière dont le monde dans lequel il a grandi l'accueille", dit Karimi. Eh non, il ne "pense" pas le monde. Il n'en a pas besoin puisqu'il en est la référence. En gros, il est con. Alors que les individues voilées issues de la classe ouvrière, elles, elles sont en quête de respectabilité vis-à-vis de la culture dominante forcément raciste et de la "colonialité du pouvoir". Et les minorités ne sont pas "solubles", selon ses propres termes. Comment faire émerger le "je" dans ce "nous" ? Ben surement pas en disant que c'est insoluble et en se désolidarisant du nous, en tout cas.

    Dommage que cette idée n'ait pas été interrogée par la journaliste, ou, mieux, par une autre invitée sur le plateau. Mais non, enfin, il ne s'agissait pas de débattre, juste d'exposer longuement une théorie à deux, sous le masque de l'intervieweur/interviewée. Et donc, comme la France ne veut pas du voile, ce sont elles qu'on exclut, et on les "enferme dans une religion" ! Là nous sommes au sommet de l'inversion accusatoire, comme si c'était les autres qui leur avait collé un voile sur la tête.

    Le sommet est atteint lorsque Lauren Bastide conclut tout ce gloubi-boulga comme quoi tout doit venir des marges et non du centre en assénant d'un ton d'une sagesse complètement délirante : "Eh oui... On voit bien mieux depuis les places du fond"(sourire entendu qu'on devine, qu'on visualise presque dans toute son autosatisfaction de bonne conscience soigneusement restaurée).

    HARCÈLEMENT CONTRE LES FEMMES MUSULMANES ?

    Lorsque la jeunesse de Karimi est évoquée et qu'elle parle de ses lectures, la journaliste toujours aussi bavante d'admiration dit quand même :
    "La lecture d'un texte religieux, d'un texte universitaire, c'est la même possibilité finalement de s'arrêter un instant, d'être à l'intérieur de soi." Le Coran aurait la même richesse que les études universitaires ? Tiens donc. Mais seulement voilà, un jour, le drame survient : à 19 ans, elle est "obligée" d'abandonner ses études en BTS à cause de l'interdiction de porter le voile au lycée. "A l'époque de la circulaire Bayrou qui ouvre le grand cycle de harcèlement contre les femmes musulmanes qui ne s'arrêtera pas et est encore en train de se poursuivre aujourd'hui (...) Est-ce que cette obligation d'abandonner le lycée à cause de votre voile, ça a été un premier choc politique ?", interroge la journaliste.

    Karimi s'engouffre alors et parle d'injustice, de trahison, de droits de l'homme, de respect des croyances bafoué, indignation et tout ça. Donc elle devient mère au foyer. Tout ça à cause de Bayrou, ça craint.

    La journaliste se plaint ensuite du "féminisme français plutôt universaliste". Et là soudain elle s'enflamme : "Oui il est possible d'être féministe et de porter le voile, comment, pourquoi, qu'est-ce qu'on fait pour que les gens comprennent que cette réalité existe ?" Pose-t-elle vraiment la question à quelqu'un ou n'est-ce pas plutôt un accès de démence prenant le dessus soudainement ?

    Finalement, si j'ai bien compris, on ne peut être sœur qu'avec quelqu'un de son genre, de sa "race", de sa classe ou au moins deux des trois.

    Karimi peut donc finir dans un monologue pompeux et bien préparé, que nous, suppôts de la majorité dominante post-colonialiste qui ne pensons pas le monde du haut de notre "posture surplombante et normative", ne comprenons pas. Essayez plutôt, bande d'idiots. Extraits : "La religion vient renforcer l'"altérité racialisante". La race est un critère de différenciation sociale. En France, on fait de la différenciation sociale à partir de traits phénotypiques et de pratiques, dont la façon de s'habiller. Dans un processus de retournement du stigmate, que faire de mieux que revendiquer cette identité qui est disqualifiée socialement, et la porter fièrement, et qui engage ces femmes dans des luttes politiques ?"

     

    La journaliste, précieuse ridicule au-delà de tout, tombe en pâmoison totale sous les caresses de ces mots, et conclut ainsi : "On retombe sur cette notion fondamentale de sororité que vous incarnez merveilleusement."

    La boucle est bouclée. Finalement, si j'ai bien compris, on ne peut être sœur qu'avec quelqu'un de son genre, de sa "race", de sa classe ou au moins deux des trois. Sinon c'est "eux" contre "nous". Votre sororité, vous pouvez vous la garder. Ce n'est pas la mienne, ce ne sera jamais la nôtre. La nôtre englobe tout le monde, et vous aussi. Si vous ne voulez pas en faire partie, c'est votre choix. Mais allez vous faire entendre ailleurs que sur le service public, ou, au moins, faites-vous entendre avec une possibilité de contradiction, et une vraie journaliste. La propagande est bel et bien engagée. Elle a l'apparence d'une gauche généreuse et intello, mais elle est exactement le contraire. Elle n'est rien d'autre qu'un ennemi de l'intérieur, qui gagne sournoisement aussi bien le monde médiatique qu'universitaire et militant.

     

    Partager via Gmail

  • Le Wall Street Journal a publié le 15 aout une information selon laquelle le président des Etats-Unis avait l’intention d’acheter le Groenland, la plus grande île du monde, territoire danois autonome. Et pourquoi pas la Suisse ?

    Contrairement à la Suisse (qui n’est pas à vendre non plus), le Groenland est riche en ressources naturelles, notamment en minerais de fer, plomb, zinc, diamants, or, éléments de terres rares, uranium et pétrole, dont l’exploitation devient plus abordable au fur et à mesure du retrait de la banquise. La demande mondiale est forte, les cours sont élevés et la navigation ne requiert plus de brise-glace.

    L’extraction de pétrole ne sera techniquement possible que dans une dizaine d’années, mais les projets miniers sont plus prometteurs. C’est le gouvernement du Groenland lui-même qui a mis l’eau à la bouche de Trump en déployant une campagne de communication destinée à attirer les investisseurs.

    La société canadienne AEX Gold exploite déjà des mines d’or dans la ceinture aurifère de Nanortalik, dans le sud du Groenland, selon Mining Global , un journal d'actualité minière.

    Greenland Ruby A / S, dont le siège est à New York, a ouvert en 2017 son exploitation minière de rubis et de saphir rose à Aappaluttoq, dans le sud-ouest du Groenland.

    Pourquoi louer une maison quand on peut faire construire si les loyers sont élevés et le foncier dérisoire ? Encore faut-il que le terrain soit constructible. Trump sait comment gagner de l’argent dans l’immobilier, et il a de bons avocats pour « faire des offres que vous ne pouvez pas refuser ».

    Bon, OK, acheter le Groenland lui-même coûterait très cher et il y a des charges. Le territoire dont la population est de 57 000 habitants 2018 (à peu près comme Vesoul ou Vierzon), dépend pour les deux tiers de son budget de suventions du Danemark et, selon la BBC, les taux élevés de suicide, d'alcoolisme et de chômage, ce qui alourdirait le poids du système de santé dont Trump aimerait tellement se débarasser.

    Mais en fait, les notables du Groenland et les technocrates du Danemark ne semblent pas pressés de vendre. Dans un tweet posté le 16 août, le ministère des Affaires étrangères du Groenland a déclaré : "Le Groenland est riche en ressources précieuses telles que les minéraux, l'eau et la glace les plus pures, les stocks de poissons, les fruits de mer, les énergies renouvelables et constitue une nouvelle frontière pour tourisme d'aventure. Nous sommes ouverts aux affaires, pas à la vente. " (#Greenland is rich in valuable resources such as minerals, the purest water and ice, fish stocks, seafood, renewable energy and is a new frontier for adventure tourism. We're open for business, not for sale... learn more about Greenland on : http://Greenland.com ). Et Rasmus Jarlov, membre conservateur du parlement danois, a tweeté : "Parmi toutes les choses qui ne se produiront pas, c'est le plus improbable. Laissez tomber."

    Ce n'est pas la première fois que les États-Unis s'intéressent à l'achat du Groenland. Le territoire est situé à un endroit stratégique, juste au-dessous de l'Océan Arctique, entre le Canada et l'Europe. Le gouvernement du président Andrew Jackson (1829-1837) avait lancé l'idée d'acheter cette île. Le président Harry Truman a même offert au Danemark 100 millions de dollars pour le Groenland en 1946, mais cette proposition n’a pas abouti.

    Pendant la guerre froide, les États-Unis ont construit plusieurs sites militaires sur le Groenland, et ces sites contiennent des déchets nucléaires toxiques résiduels, qui sont maintenant exposés au fur et à mesure de la fonte des glaces. C’est sans doute pour pouvoir nettoyer avant l’arrivée de Greta Thunberg sur le continent américain que Trump est pressé de nettoyer pour ne pas se faire gronder.

     

     

    Partager via Gmail

  • Peter Fonda, la mort d'une icône

      22h00 , le 17 août 2019
    • Par
    • Barbara Théate
    .

    Peter Fonda est décédé vendredi d'un cancer du poumon. L'acteur et producteur d'Easy Rider restera à jamais l'emblème de la contre-culture américaine.

    Peter Fonda est décédé à l'âge de 79 ans.

    Peter Fonda est décédé à l'âge de 79 ans. (Reuters)
    Partager sur :

    C'est une drôle de façon de fêter un anniversaire. Alors qu'on célèbre l'incroyable vent de liberté qui balayait les États-Unis en 1969, c'est l'une des figures emblématiques de la contre-culture américaine qui s'en est allée vendredi, à l'âge de 79 ans, des suites d'un cancer du poumon. Comme un ultime pied de nez. Tout juste cinquante après Woodstock et la sortie d'Easy Rider, Peter Fonda a fait vrombir son légendaire chopper Harley-Davidson pour rejoindre son pote biker Dennis Hopper, décédé en 2010, au paradis des esprits indomptables et des fumeurs de Marie-Jeanne.

    Easy Rider, tourné en sept semaines

    Fils de la star Henry Fonda, le garçon entretient des rapports difficiles avec son père qui, après son mariage avec Susan Blanchard, l'envoie vivre au Nebraska. Il quitte les bancs de la fac pour suivre les cours du Cecilwood Theatre de Fishkill, dans la banlieue de New York. En 1961, ses débuts à Broadway dans le rôle d'un soldat dans …

     
    Partager via Gmail




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique