• Or, ce porte-parole des Gilets jaunes est fonctionnaire sans activité depuis dix ans, et touche un salaire de 2 600 euros !

    Un curieux gilet jaune : Jean-François Barnaba...

    JPEG

    Porte-parole des gilets jaunes, Jean-François Barnaba a été invité par de nombreux médias, il a participé à de nombreuses émissions de radio ou de télévision.

    Or, ce porte-parole des Gilets jaunes est fonctionnaire sans activité depuis dix ans, et touche un salaire de 2 600 euros !

    Payé avec de l'argent public à ne rien faire ! Elle est pas belle la vie ? !

     

    Ce monsieur a donc effectivement beaucoup de temps à consacrer à des activités militantes, et dispose de nombreux loisirs pour s'impliquer dans le mouvement des gilets jaunes.

     

    Mais comment peut-il représenter ce mouvement de contestation, lui qui est un privilégié de la fonction publique, lui qui perçoit un salaire conséquent pour ne rien faire ?

     

    Je l'ai entendu s'exprimer à plusieurs reprises pour défendre le pouvoir d'achat, pour dénoncer les taxes sur les carburants, pour fustiger le pouvoir en place. Il est vrai que c'est un bon orateur, apte à débattre et à convaincre...

    On comprend qu'il ait été désigné comme porte-parole.... Il en a les capacités.

    Pour autant, comment ne pas s'étonner de sa situation ?

     

    Ancien chef d'orchestre et directeur de conservatoire, il a ensuite été recruté par le département de l'Indre en 2001 en tant que conseiller technique musique.
    Mais, le 31 décembre 2008, il a été licencié par le président du département de l'époque, Louis Pinton. Jean-François Barnaba aurait eu "des ambitions que nous estimions démesurées avec les moyens financiers du département", explique Serge Descout, actuel président de la collectivité...

     

    Dans tous les cas, ce fonctionnaire bien payé, parasite de la République, rémunéré par l'argent public ne peut représenter des gens qui ont des difficultés à boucler leur fin de mois.

    Ce gilet jaune bien nourri, au visage épanoui, prétend même avoir souffert de sa "désocialisation" qui aurait été "une dure épreuve"...

    Bon, il n'a pas l'air d'avoir vraiment souffert de cette situation "inconfortable".

     

    Quelle honte ! Comment l'argent public peut-il être ainsi dilapidé pour nourrir des gens à ne rien faire ?

    Le système est vicié : comment ce personnage médiatisé à l'extrême, invité sur tous les plateaux de télévision, ose-t-il parler au nom des gilets jaunes, alors qu'il est un privilégié de la République ?

    On imagine l'agacement des gens qui travaillent durement et qui sont bloqués sur les routes par les gilets jaunes dont un représentant notoire est payé, lui, à ne rien faire !

    JPEG

    « Français ; ne détruisez pas votre pays !Quand la jeunesse fuit la France »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It