• Pourquoi LREM va devenir la clef de voûte du Parlement européen ?

    JPEG

    Comment le mouvement en marche, devenu Parti présidentiel, s'apprête à jouer le rôle d'arbitre au sein même du Parlement européen après seulement 4 ans d'existence ? Explications, et pour cela, plongeons dans le monde obscur de la démocratie vue par des élitistes embourgeoisés.

     

    Depuis 1979, les Européens de l'Union sont appelés aux urnes tous les cinq ans, pour élire leurs représentants au sein de la seule structure internationale nous accordant un droit de vote. Et encore, il s'agit encore d'un simple droit à mandater quelqu'un pour décider à notre place, et nous allons rapidement nous rendre compte à quel point notre opinion personnelle a moins d'impact sur l'avenir du monde et de l'Europe en particulier, que la traînée d'une limace sur tout l’écosystème.

     

    _ « Ben alors, pourquoi t'appelle à voter ? »

    _ « Ben, justement pour exploiter l'une des seules failles dans ce système de merde ! »

     

    Nous n'allons pas nous étaler sur le concept de démocratie, mais comprenons simplement « l'espace » gigantesque qui sépare le citoyen lambda, des décisions impactant nos vies, et ce, jusqu'à la qualité de l'air, de l'eau, de la nourriture, en passant par tout un tas de concepts de société et autres valeurs culturelles.

     

    Nous sommes dans un système de représentativité à tous les étages, en France déjà, où nous votons pour élire nos représentants dans les différentes assemblées : locales, régionales, nationales ; pour la présidentielle par exemple, nous représentons environ 1/45 millionième de la décision la plus importante pour notre pays ! Sachant que l'ensemble des directions politiques qui s'ensuivront deviendra de facto, hors de portée de nos petits besoins de prolétaires. Il est à noter que ces « élus » sont notre seul lien avec la législation de tous les organes majeurs qui constituent notre société, que ce soit la justice, l'éducation, la défense, etc. Nous n'aurons rien à dire concernant le choix du Premier ministre qui est tout de même le chef du gouvernement et qui n'est traditionnellement annoncé qu'après élection, nous n'élirons pas non plus les présidents départementaux, ni régionaux. Tous les postes de hauts fonctionnaires, ministres, responsables médias, ambassadeurs, chefs militaires, toutes les décisions et postes d'importance sont confiés au bon vouloir d'une poignée de députés, voire du seul chef de l’État, qui en général ne se prive pas pour placer ceux qui l'arrangent, où ça l'arrange, ça va de soi.

     

    Notons également que l'ensemble du secteur le plus important, puisque tout découle de lui finalement, je veux parler du secteur économique évidemment, l'ensemble du système de productivité est étranger ou presque à la démocratie.

     

    Alors, si le système était fait de sorte que ces fameux « représentants » soient les « serviteurs » de la masse et que celle-ci puisque contrôler les agissements de ceux qu'elles payent ; et que ce soient les compétences qui soient mises en valeur et non seulement les ambitions de certains et les petits arrangements entre amis, ma foi pourquoi pas. Bien évidemment, nous en sommes loin, et c'est ce qui va nous ramener à la question posée dans le titre.

     

    Pourquoi ? Eh bien, non seulement, nous n'avons pas d'autres pouvoir que celui d'élire « quelques-uns » de nos « représentants », mais ces mêmes représentants eux-mêmes n'ont finalement que peu, voire pas d'impact. En effet, le système est entièrement vérolé par le système de Parti. Aujourd'hui, pour obtenir un poste avec un minimum d'importance, il faut être vu. Il faut appartenir à un groupe suffisamment puissant pour avoir les moyens techniques et financiers de passer entre les mailles des filets médiatiques (qui influe le vote), et démocratiques (dont les réglementations diverses annihilent les ambitions). Or, ces mêmes Partis pour exister, se reposent sur les « mécènes » qui payent leurs loyers.

     

    https://www.20minutes.fr/politique/2117943-20170817-republique-marche-va-demenager-siege-centre-paris

     

    De nos jours, entre les multinationales, les think-tanks en tous genres, les banques d'affaires, la concurrence internationale, et autres réseaux occultes, les Partis sont littéralement cernés par des groupes plus riches et plus puissants les uns que les autres, usant et abusant des méthodes les plus abjectes pour arriver à leurs fins.

     

    https://www.20minutes.fr/politique/2516975-20190515-elections-europeennes-argent-public-dons-entreprises-comment-finances-partis-europeens

     

    Les lobbys dirigent le monde ? Non, les lobbys sont le bras armé des élites financières, assoiffés de pouvoir, de luxe, de puissance. Derrière ce carnage planétaire ce cache des femmes et des hommes.

     

    _ « Et des reptiliens ! »

    _ « M'emmerde pas. »

    _ « Bon beh alors, pourquoi LREM va devenir le Parti le plus influent de l'Union ? »

     

    Pour deux raisons. La première toute simple : parce que Macron porte le projet internationaliste des grands de ce monde, ça c'est clair, c'est net. Maintenant, nous allons aborder la deuxième raison, celle-là, un petit peu plus complexe.

     

    Si je vous dis France Insoumise, ou Rassemblement National, ou encore Modem, instinctivement vous penserez : Partis politiques. Mais, si je vous dis PPE, ALDE, S&D, pour une grande majorité, cela devient beaucoup plus flou. Tous ces acronymes sont des « groupes » de députés Européens. Et tous ces groupes forment aussi parfois des Partis Européens. En fait, il s'agit plutôt « d'unions de Partis politiques nationaux de même bord politique et surtout, avec une vision similaire de l'Europe, se regroupant au sein de formations européennes, et dont les alliances forment des groupes parlementaires.

     

    Par exemple, l'ALDE en tant que groupe parlementaire se compose du Parti de l'alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe (donc l'ALDE en tant que Parti européen) et du Parti démocrates européen. Au sein du groupe S&D vous trouverez principalement des membres du Parti socialiste européen élargit à d'autres eurodéputés non-affiliés, mais de sensibilité de gauche comme l'on dit.

     

    https://alde.eu/fr/qui-sommes-nous/

    https://www.socialistsanddemocrats.eu/fr/who-we-are

     

     

    Depuis 1979, le schéma ressemble grandement à ce que nous connaissions en France : un bon vieux clivage gauche/droite avec un peu d'extrême droit en guise de sel, et d'extrême gauche en guise de poivre. La droite a souvent mené les débats et porté la dimension économique de l'Union, tandis que la gauche a porté les idées sociales, pas suffisamment semblerait-il. L'extrême droite, quant à elle, représentait logiquement, le nationalisme et donc se voulait anti-européiste, du moins sur le plan de la souveraineté. Il y aurait beaucoup de nuances à apporter sur un si long parcours, mais disons que depuis Maastricht, le FN d'alors s'opposait aux institutions européennes, et gardera cette position jusqu'à remporter les élections de 2014. Comme je l'ai expliqué dans l'article précédent, ce n'est plus du tout le cas. Mais, restons dans notre sujet.

     

    En France, et en très peu de temps, Macron et sa République en marche arrière ont réussi à faire voler ce clivage en éclat. Le centrisme est à la mode dans sa version : on prend le pire de la droite et de la gauche réunies ! Eh bien, et pour la première fois, ce clivage devrait en prendre un coup à échelle européenne et le Parti qui détient la clef de ce changement et qui devrait selon toute vraisemblance, accroître les ambitions fédéralistes et les idées qui l'accompagnent, comme la création d'une armée Européenne par exemple, ou prôner l'instruction d'une histoire européenne commune au détriment des histoires nationales dans les écoles de l'Union, ce Parti, c'est LREM.

     

    Se comporter comme une Nation avant d'en être une, et donner l'impression qu'elle a toujours existé.

     

    Il y a eu beaucoup de Partis et différents groupes créés au sein du parlement depuis sa création, donc pour faire court, aujourd'hui nous avons principalement le PPE (Parti populaire européen), qui correspond à notre droite et auquel adhère notamment le Parti : les Républicain, c'est aussi le fief d'une certaine Angela Merkel ; et le S&D représentant le Parti socialiste européen, renforcé par quelques alliés pseudo-démocrates. Ces deux Partis et leurs alliés au sein des groupes parlementaires ont toujours été au centre des débats et je les qualifierais tous : d'ultra-européiste !

     

    Il est à noter que l'extrême-droite européenne est aujourd'hui scindée en deux avec les vendus à l'Europe d'un côté : le RN et ses partenaires du groupe « Europe des Nations et des libertés », et qui ne prône en rien une quelconque sortie de l'Union, et le groupe « Europe de la liberté et de la démocratie directe » où l'on retrouve notamment Florian Philippot ou Nigel Farage, et qui prône la sortie de l'Union et le respect du vote populaire sur le Brexit. Cette fracture démontre la véritable nature de certains Partis prétendument nationalistes, mais qui font en réalité le jeu de l'internationalisme à la sauce bancaire.

     

    http://www.europarl.europa.eu/about-parliament/fr/organisation-and-rules/organisation/political-groups

     

    Il existe d'autres groupes plus minoritaires comme les écolos qui négocient leurs alliances en fonction des sujets, mais tous sont aussi pour le développement internationaliste. Il existe pour finir des non-inscrits, des députés qui n'appartiennent à aucun groupe et sont une minorité n’influencent que peu les grandes décisions prises au parlement. À une exception près...

     

    Il me reste à vous parler plus en détail de l'ALDE, c'est le groupe des centristes européens auquel LERM n'a pas adhéré, mais dont il partage les axes principalement fédéralistes et libéraux. Jusqu'ici, ce groupe historiquement troisième en nombre de députés dans l'hémicycle jouait un rôle d'équilibriste entre droite capitaliste et gauche sociale européenne, mais avec l'arrivée des marcheurs, la carte parlementaire pourrait donner bien plus d'influence aux centristes, et même leur donner les clefs des futures orientations Européennes. Macron espère faire en Europe ce qu'il a déjà réussi en France, à savoir faire sauter deux forces d'opposition pour faire place à un seul Parti dominant, libéral et surtout très capitaliste.

     

    L'idée est simple, selon les sondages, (il n'existe pas de sondage à échelle Européenne, mais simplement des compilations de sondages nationaux), le PPE devrait obtenir un peu plus de 20 % des sièges, le S&D un peu moins de 20 % et enfin, l'ALDE devrait cette fois dépasser allègrement les 10 %. LREM comme je l'ai déjà dit n'est pas adhérent de l'ALDE et c'est voulu, car se faisant, Macron et ses sbires à Strasbourg peuvent négocier la ligne du groupe centriste, car avec ou sans l'appui de LREM ce n'est plus la même donne. D'autant que LREM à l'art et la manière de débaucher des mecs de droite pour les rallier à leurs causes, et c'est d'autant plus simple que si l'on y regarde de plus près, les centristes d'LREM sont plus à droite en matière de libéralisme que les Républicain eux-mêmes. Notons que le Premier ministre et le ministre de l'Ééconomie sont tous deux issues de l'UMP. Donc LREM apporte des voix (une vingtaine de députés selon les estimations) et une capacité à rassembler les libéraux, de quoi faire de l'ALDE le Parti le plus influent d'Europe et ce, grâce à l'apport d'LREM dans l'équation.

     

    http://www.leparisien.fr/ableiges-95450/ils-veulent-tous-etre-senateurs-de-la-republique-en-marche-07-06-2017-7028220.php

     

    Rien ne dit que les marcheurs adhéreront au groupe après élection, mais quoi que fasse l'ALDE cela ira dans le sens de la vision de Macron pour l'Europe, et pour obtenir quelques postes clefs au sein de l'Union, le PPE et le S&D seront obligés de se plier aux conditions imposées par LREM.

     

    Comprenons bien, l'ALDE et LREM ne seront pas majoritaires au parlement, mais ils seront dans une position privilégiée, pouvant faire basculer chaque vote au parlement d'un côté ou de l'autre, LREM aura un poids conséquent dans ces négociations en se plaçant comme un renfort nécessaire pour que les centristes « historiques » au parlement européen puissent enfin peser face à l'ogre : PPE.

     

    Sur le site : toute l'Europe.eu, nous trouvons un long article relatant les différentes stratégies pour ces Européennes, je vous laisse un extrait de ce qui est dit à propos d'LREM :

    « Sans alliance historique à l'échelle européenne, LaREM cherche à "faire éclater les deux principales formations" présentes au Parlement européen, le Parti populaire européen (PPE) et les sociaux-démocrates (S&D), afin de constituer un large bloc central. "Viendront avec nous tous ceux qui ont envie de cette offre progressiste, renouvelée, centrale", a déclaré Nathalie Loiseau le 26 mars. "Il y en a beaucoup aujourd'hui qui sont dans l'ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe). Mais il n'y a pas qu'eux." A la suite d'une main tendue de Guy Verhofstadt, le président de ce groupe au Parlement européen, LaREM avait fait savoir début novembre 2018 qu'elle pourrait le rallier dans l'optique de créer un groupe plus large au sein du Parlement européen.

    Pour mener à bien les ambitions de LaREM, Emmanuel Macron veut renforcer le clivage entre ceux qu'il qualifie de "progressistes", qu'il veut rassembler autour de sa ligne pro-européenne, et les "nationalistes" notamment incarnés par le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, et par Marine Le Pen en France. »

    https://www.touteleurope.eu/actualite/elections-europeennes-2019-quels-candidats-quelles-strategies.html

     

    Le Monde relayé par le site du Mouvement européen France évoquait déjà cette ambition de redistribuer les cartes en cherchant la division à droite pour gagner son pouvoir d'influence :

    « Pour le Président du Mouvement Européen, « Emmanuel Macron va essayer de faire une OPA sur le camp des europhiles et répliquer au niveau européen ce qui lui a permis de gagner au niveau français. Il va cliver sur Orban pour faire éclater le Parti populaire européen (PPE) comme il a fait éclater la droite française. S’il arrive à rallier quelques partis du PPE et quelques sociaux-démocrates, il peut se constituer, sinon le premier groupe du Parlement européen, au moins le groupe du milieu. »

    https://mouvement-europeen.eu/e-macron-voudrait-faire-leurope-plus-petit-ressemble-a-france-plus-grand-yves-bertoncini-monde/

     

    Même avec l'influence du RN, le groupe Europe et Liberté ne pèsera finalement que très peu, et comme déjà démontré, ils ne sont pas pro-sortie de l'Union. Dans ce nouvel équilibre des forces, les centristes de l'ALDE auront un vrai poids dans les futures grandes orientations européennes, et avec l'apport des députés LREM, le PPE et l'ALDE porteront sans conteste le projet fédéral.

     

    Dans ce contexte, et même si la France va perdre de son influence globale, puisque la participation française au PPE, qui restera le parti le plus puissant du parlement sera moindre, en revanche, le déplacement de l'opposition majeure de gauche à centre droit va grandement faciliter la tâche des libéraux attachés au projet fédéral.

     

    J'insiste à appeler à voter UPR, en rappelant que l'urgence est de délégitimer Macron en faisant en sorte que son pourcentage par rapport aux non abstentionnistes soit le plus faible possible, mais aussi et surtout parce que la sortie de l'Union est la seule qui nous permette de sortir du projet mondialiste, en rappelant ici les propos de Sylvie Goulard, ancienne ministre des armées, Européenne convaincue, ancienne assistante de Romano Prodi et membre de l'institut Berggruen :

    « Je sais qu’on ne demande pas à la dinde de préparer Noël, mais c’est pourtant ce qu’il va falloir faire ! Les pouvoirs nationaux doivent enfin accepter le fait que leurs propres compétences ont atteint leurs limites et que leur mission est de transférer au niveau européen ce qui doit l’être… ou alors l’Europe va se défaire et chaque État sera associé à cet échec et en paiera le prix. »

    http://revuecivique.eu/articles-et-entretiens/europe-0/sylvie-goulard-leurope-federale-ou-le-chaos/

     

    « Quand il était président de la Commission, Jacques Delors voyait dans l'UE le "laboratoire de la mondialisation". Lorsque des structures politiques mondiales verraient le jour, elles seraient inspirées par l'expérience européenne, et l'UE, en tant que telle, y jouerait un rôle actif. Il pouvait espérer que les Européens valoriseraient ce qu'ils ont appris de l'histoire : seul le partage de souveraineté est efficace, la simple coopération d'Etats crispés sur leur veto ne suffit pas. »

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2010/11/12/g20-l-europe-en-danger_1439110_3232.html

     

    La seule option possible, c'est le Frexit, et il faut tout faire pour que cette voix se fasse entendre. Je rappelle quand même que le FN en 2014 a fini en tête des dernières Européennes et qu'ils n'ont absolument rien fait pour enrayer la marche européiste bien au contraire, et qu'à force de les emmener au deuxième tour de la présidentielle, il n'y a plus qu'un tour tous les cinq ans à cette même élection.

     

    Voter pour un Parti qui n'entend pas sortir de l'Union, ce n'est pas voter pour la préservation des États nations et surtout, cela ne fait que renforcer le clivage pro/anti Union Européenne dans les esprits et qui en ces temps de gauchismes ambiants, invite le dépolitisé lambda à faire barrage à un extrémisme idéologique fantoche face à une idéologie suprématiste qui indexe la valeur humaine sur la capacité à générer du fric sur le dos des plus faibles. La médiatisation des Partis est un jeu de dupes, et le RN est au cœur de celui-ci. Si nous sommes dans le combat politique honnête et sincère, si nous voulons voter contre le système et pour nos intérêts, alors la logique, c'est de voter Frexit.

     

    _ « Ouais, mais on va perdre ! »

    _ « De toute façon, RN ou LREM, on perd. »

     

    Je vous retrouve bientôt pour expliquer en quoi non seulement l'Union Européenne ne nous apporte rien de bon, mais aussi en quoi nous sommes perdants. En attendant, Frexit, Frexit, Frexit.

     

    Pour aller plus loin :

     

    Pour en savoir plus sur les intentions de racolage des électeurs de droite par les têtes de la liste renaissance (LERM) :

    https://www.touteleurope.eu/revue-de-presse/revue-de-presse-nathalie-loiseau-et-francois-xavier-bellamy-a-la-conquete-des-electeurs-de-droite.html

     

    Malgré la diabolisation, cet article nous prouve qu'un Parti pro-sortie de l'Union peut être leader dans un pays comme le Royaume-Uni. Certes, ce n'est pas la France, mais l'idée doit faire son chemin :

    https://www.20minutes.fr/monde/2515839-20190512-royaume-uni-parti-brexit-envole-sondages

     

    Quelques informations sur les sondages au sein de l'Union :

    https://www.franceculture.fr/politique/comment-les-sondages-esquissent-le-prochain-parlement-europeen

     

    Le Parlement européen sur le site de l'Union européenne :

    http://www.europarl.europa.eu/portal/fr

     

    L'historique des groupes parlementaires au sein de l'Union depuis 1979. Article Wikipédia, mais très bien fait :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_politique_du_Parlement_europ%C3%A9en

     

    Cet article sur le site de l'ECFR nous explique le nouveau contexte avec trois grands groupes :

    https://www.ecfr.eu/publications/summary/kingmakers_of_mainstream_predictions_for_european_parliament_election

     

    Un article de diabolisation des eurosceptiques, mais qui ne fait aucunement mention des Partis prônant la sortie de l'Union :

    https://www.francetvinfo.fr/elections/carte-hongrie-italie-autriche-ou-sont-les-populistes-en-europe_3249661.html

     

    Deux articles relatant les financements « privés » de certains Partis européens et notamment l'ALDE :

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/03/10/oui-des-multinationales-privees-financent-bien-des-partis-politiques-europeens_5434014_4355770.html

    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/13/apres-la-mise-en-garde-de-lrm-alde-stoppe-les-financements-d-entreprises_5435160_3210.html

     

    Je vous invite aussi à voir ce live dans lequel je passe en revue les différentes possibilités qui s'offrent à nous pour ces élections :

    https://www.youtube.com/watch?v=kfLrFNqT11c

     

    Ainsi que celle-ci qui traite de la contre-information et de son importance :

    https://www.youtube.com/watch?v=nHfMVhLMg_0&t=1356s

     

    Et pour en savoir plus sur l'influence des médias, c'est par là :

    http://chroniques-humaines.over-blog.com/2018/12/la-guerre-de-l-information.html

     

    Pour finir, le programme LREM pour ces européennes :

    https://eu-renaissance.org/fr/Programme%20Renaissance%20%C3%89lections%20europ%C3%A9ennes.pdf

     

     

    « « Ils ont brûlé vif mon fils parce qu’il était noir et chaviste »Européennes : Steve Bannon, le tonton gênant qui agace Marine Le Pen »
    Partager via Gmail