•  

    Les deux victimes ont été séquestrées dans une cave. 

    ARCH. C. PETIT

    Dans le jargon policier, c’est ce que l’on appelle un différend commercial. Deux hommes de 25 et 26 ans, qui n’auraient pas payé les fournisseurs du produit stupéfiant qu’ils avaient acheté, ont été séquestrés au cours de la nuit…

     

    Deux hommes ont été passés à tabac par une dizaine d’individus dans une cave d’un immeuble du Grand-Parc.

     

    Publié le 24/04/2019 à 8h37 par Jean-Michel Desplos.
     
     
     
     
     

    Bordeaux Grand Parc : deux jeunes séquestrés et frappés pour une dette de drogue

     

     

     

     

     

     

    Les faits se sont déroulés dans une cave du quartier du Grand Parc à Bordeaux 
    ARCHIVES ILLUSTRATION PETIT CLAUDE

    Deux jeunes d’une vingtaine d’années ont été retenus dans une cave dans le quartier du Grand Parc et frappés à coups de batte de base-ball dans la nuit de lundi à mardi

    Dans le jargon policier, c’est ce que l’on appelle un différend commercial. Deux jeunes d’une vingtaine d’années qui n’auraient pas payé les fournisseurs du produit stupéfiant qu’ils avaient acheté ont été séquestrés, pendant deux heures dans une cave du quartier du Grand Parc à Bordeaux, et frappés à coups de batte de base-ball. Ils auraient aussi été tailladés avec une arme blanche.

    Les deux jeunes ont été libérés vers 4 heures du matin dans la nuit de lundi à mardi par les policiers qui avaient été alertés par un membre de la famille de l’un d’eux.

     

    Hospitalisés, ils sont sortis du CHU ce mardi matin et sont actuellement entendus par les enquêteurs de la brigade criminelle de la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Bordeaux.

     

    Un témoin des faits, mineur, a été interpellé sur les lieux et a été placé en garde à vue.

    Les investigations sont en cours.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  •  

    Ce lundi encore, le trottoir de la rue Brémontier portait les traces de la violente rixe. 
    PHOTO J.-M. D.

    Lundi, dans la nuit, une rixe a éclaté dans le secteur des Capucins. Un homme est entre la vie et la mort

    Ce lundi encore, le trottoir de la rue Brémontier, dans le quartier des Capucins à Bordeaux, portait la trace de la violente rixe survenue entre deux hommes quelques heures plus tôt. Les taches de sang n’avaient pas été effacées et, aux fenêtres et balcons, les voisins se demandaient ce qui s’était passé. Car personne n’a rien vu ni entendu alors que la bagarre aurait pourtant, semble-t-il, éclaté en pleine rue vers 4 heures du matin avant de se terminer dans une échoppe où l’un des deux hommes a été très grièvement blessé de plusieurs coups de couteau. Secouru par les sapeurs-pompiers, il a été évacué au CHU dans un état jugé très préoccupant. Ce lundi soir, son pronostic vital était toujours engagé. L’auteur, quant à lui, a pris la fuite et n’a pas été interpellé pour l’instant. Les recherches se poursuivent.

    La locataire en garde à vue

    Selon les premiers éléments de l’enquête confiée par le parquet à la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) de Bordeaux, il est possible que les deux hommes aient eu des mots avant d’en venir aux mains. Se connaissaient-ils ? Pourquoi leur discussion a-t-elle dégénéré ? Ces questions sont toujours sans réponse. C’est une femme, témoin de la scène et au domicile de laquelle se sont déroulés les faits, qui a donné l’alerte.

     

    Ce lundi, elle a été placée en garde à vue et longuement interrogée par les enquêteurs de la police judiciaire. Elle devrait être réentendue ce mardi par la brigade criminelle.

    « Il y avait souvent du bruit »

    Si l’arme n’a pas été découverte, il semble, en raison de la gravité des blessures, qu’il s’agisse d’un couteau avec une lame acérée de plusieurs centimètres. La victime, atteinte au niveau du ventre, au visage, au cou et à une cuisse, a perdu beaucoup de sang avant d’être prise en charge par les secours. Les experts du Service régional de l’identité judiciaire (SRIJ) ont procédé à de minutieux relevés de traces et indices et ont effectué des prélèvements afin d’orienter les investigations.

    Des riverains ont été auditionnés et ont indiqué « qu’il y avait souvent du bruit » provenant de ce domicile. Ce lundi soir, les enquêteurs tentaient de déterminer s’il n’y avait que deux protagonistes impliqués dans la rixe.

    Publié le 23/04/2019 à 8h25 par Jean-Michel Desplos

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  •  

    Les Râteleurs invitent à reprendre le contrôle de sa cuisine, « celle de tous les jours, bonne, pas chère, simple et rapide » 
    JEAN-CHARLES GALIACY

    Dans le pays foyen, entre Gironde et Dordogne, Les Râteleurs invitent les habitants à changer leurs mauvaises habitudes culinaires pour une cuisine quotidienne meilleure et bon marché.

    Presque tous ont dégainé leur plus joli tablier. Petite pluie fine au-dehors, l’eau ne frémit pas encore dans les marmites de la cuisine pédagogique du collège Élie-Faure. Les Râteleurs ont pris possession des lieux, ici, à Sainte-Foy-la-Grande, dans cette petite ville comptant, proportionnellement à sa population, le plus de « bénéficiaires » du RSA en GirondeEn 2014, sur sa carte de la pauvreté en Aquitaine, l’Insee la plaçait même à la toute première place, avec près d’un tiers de ses habitants de moins de 65 ans émargeant au revenu de solidarité.

    L’an dernier, environ 400 personnes ont participé aux différents ateliers organisés par l’association.L’an dernier, environ 400 personnes ont participé aux différents ateliers organisés par l’association.

    Les Gens qui sèment près de chez vous

    Découvrez la carte de toutes les initiatives déjà présentées dans Le Mag Sud Ouest.

     

     

    Publié le 21/04/2019 à 13h24 par Jean-Charles Galiacy.
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique