•  

    Le bâtiment du Haut-Lévêque a 40 ans et nécessite des travaux d’envergure… 

    THIERRY DAVID

    Il a fui sans se retourner. Contre avis médical. Cédric, 37 ans, vient de subir une coronographie, soit un examen invasif, une étude détaillée de ses artères coronaires chargées de vasculariser le myocarde, ou muscle cardiaque. A son réveil en chambre, dans l’aile ouest du service cardiologie de l’hôpital Haut-Lévêque de Pessac (CHU), il est comme hébété. « Un bruit de chantier, on se croyait au milieu d’un séisme…

     

    Juste après une intervention cardiaque, un patient rentre chez lui pour échapper au bruit de travaux en cardiologie

     

    Publié le 22/02/2019 à 17h34. Mis à jour à 20h29 par Isabelle Castéra.
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  •  

    Le pont de pierre reste le spot préféré des piétons depuis qu’il a été débarrassé des voitures. Mais il n’est pas le seul. 

    CLAUDE PETIT

    Pour le vélo, on savait déjà. 15 % de pratiquants en ville en 2017, le double par rapport à 2009. Deux-roues partout en ville, en rangs serrés sur le pont de pierre et même dévalant la rue Sainte-Catherine, arceaux pris d’assaut, tout ça.

    Pendant ce temps, la marche reste sous les radars.Pourtant, ses adeptes sont deux fois plus nombreux que les cyclistes ! Et pas seulement les randonneurs…

     

    La marche à pied progresse en ville. Elle peut même servir de raccourci d’un transport en commun à l’autre. Mais elle reste le parent pauvre des aménagements.

     

    Publié le 21/02/2019 à 17h04. Mis à jour le 22/02/2019 par Catherine Darfay.
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

  •  

    Stationner à Bordeaux peut s'avérer compliqué. 

    THIERRY DAVID
     

    À Bordeaux, la question du stationnement est devenue un problème récurrent. Yespark – une application de location de places de parking pour particuliers – tente d’y répondre. En partenariat avec Domofrance, Clairsienne, CDC Habitat et Aquitanis, cette start-up française remet sur le marché de la location des places inoccupées dans des parkings privés, souvent souterrains. « Notre métier, c’est de faciliter la vie des automobilistes », explique Thibaut Chary, co-fondateur de l’entreprise.

    Implanté à Bordeaux depuis la fin de l’année 2017, Yespark a enregistré une hausse de 214 % d’abonnements et compte aujourd’hui 200 abonnés. L’application propose plus de 200 places de parking dans la ville de Bordeaux intramuros et 500 places dans toute l’agglomération bordelaise.

    Thibaut Chary, cofondateur de la start-up Yespark.Thibaut Chary, cofondateur de la start-up Yespark. 
    CRÉDIT PHOTO : PHOTO YESPARK

    Cette croissance s’explique facilement : une personne perd en moyenne un an de sa vie à chercher une place de parking. « On fait gagner du temps aux gens, et c’est formidable », se félicite Thibaut Chary.

    Contrairement à d’autres locations de parking pour particuliers, l’entreprise a opté pour un abonnement mensuel, sans engagement ni préavis. « À Yespark, les conditions de location sont très souples », insiste le cofondateur. Dans l’agglomération bordelaise, les tarifs varient entre 14 et 134 euros par mois et dépendent de la localisation. « C’est 30 % moins chers que les prix du marché », affirme Thibaut Chary.

     

     

    Publié le 22/02/2019 à 9h24 par Alexandra Lassiaille.

     

    Selon le cofondateur, 20 à 30 % de la circulation urbaine est liée à la recherche de places. « Yespark réduit le trafic et donc les émissions de gaz à effet de serre », affirme-t-il, convaincu.

    « Le nombre de place de parking devrait doubler dans la région bordelaise d’ici fin 2019 et l’entreprise vise les 400 abonnés », annonce Thibaut Chary.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique